Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE CINEROND

Cliquez sur l'affiche pour découvrir la bande annonce de "L'homme qui"
Cliquez sur l'affiche pour découvrir la bande annonce de "L'homme qui"

Le film "L'homme qui..." tourné par Berthe Ringue en mai 1915 est le dernier film restauré par la formidable équipe du Cinérond. Le 18 juin 2015 le film sera enfin présenté au public dans un lieu pour l'heure encore secret. La date du 18 juin est hautement symbolique puisque c'est à la même date en 1915 que le film avait fait sa sortie officielle. A l'époque, les critiques dithyrambiques avaient salué la prestation des acteurs et notamment celle du jeune premier Olivier Boudefil, tordant le coup aux nombreuses rumeurs qui lui avaient prêté une relation avec Berthe Ringue.

Pour cette sortie, nous vous proposons en exclusivité la bande annonce de "L'homme qui" ainsi que quelques critiques cinématographiques.

Revue de presse de 1915 à nos jours :

"L'homme qui...", c'est la libération des foules humaines, c'est leur montée vers la conscience. C'est l'appel à tous pour participer à l’œuvre commune ; chacun est invité à ne plus être un zéro humain ; chacun est incité à ne plus subir passivement les fatalités sociales. "l'homme qui..." clôt le cycle des miracles - miracles du ciel, miracles de l’État. En opposition aux espoirs en les "providences", de quelque espèce que ce soit, il proclame la mise en pratique de la maxime : le salut est en nous!

Le père peinard vers 1915.

Le film "L'homme qui..." donne une vision dégradante de la classe dirigeante. Si lors des premières minutes, on peut se laisser entraîner par une mise en scène audacieuse, le film ne tient pas sur la distance et la fin en dit long sur les esprits malades qui rongent notre société. L'acteur, (si l'on peut l'appeler ainsi) Olivier Boudefil nous fatigue d'un bout à l'autre du film avec ses expressions de chien battu. Ce film sonne comme une fausse note dans la carrière de Berthe Ringue. Cette réalisatrice ordinairement éclairée nous avait habitué à des thèmes plus majestueux. Alors NON, madame Berthe Ringue, votre film ne restera pas dans les anales !

Le clairon des patrons vers 1915

« L’homme qui… » ce n’est pas un film, c’est Le film ! Critiqué en son temps par les milieux conservateurs, « L’homme qui… » doit son succès aux couches populaires qui y ont vu l’avènement d’une nouvelle société. Le sujet, banal en apparence, pénètre profondément le spectateur, lui montrant que la porte qu’il croyait close était en fait grande ouverte. Le comédien principal : l’Impressionnant Boudefil (comme on l’appelait à l’époque) y joue un jeune bourgeois dépassé par les évènements et par la modernité. Son jeu d’acteur est d’une justesse qui frise le génie et la jeune Bréguénite qui lui donne la réplique offre une prestation magistrale.

Ce film complexe a conservé toute sa fraicheur, la réalisation est extrêmement soignée et l’image d’une qualité remarquable pour l’époque.

Colombatus Matuvu, 2015

Pour connaître le lieu et l'heure de la projection parisienne, merci de nous contacter à cinerond@gmail.com.

L'équipe du Cinérond

Commentaires

Hébergé par Overblog